Pages

mardi 21 mai 2013

18 mai 2013 : Hollande cocufie les homos

Mariage "gay" = escroquerie
Homo + cocu + content = GAY !
   Ce 18 mai 2013, François Hollande a donc promulgué le prétendu "mariage pour tous".

  On a beaucoup dit combien cette loi Taubira nuit à la famille, aux enfants, à la société.

   On n'a pas assez dit le tort qu'elle fait aux homosexuels.

   Car, oui, la loi Taubira nuit aux homos

   De trois façons.

   1.  Noce gay sur fond de crise
 D'abord, le contexte : cette loi idiote,  imposée de force par un gouvernement impopulaire, au moment même où la France s'enfonce dans le marasme économique, vient au plus mauvais moment.  
   La France enregistre chaque jour 1000 chômeurs de plus. Le nombre des cambriolages croît à Paris de façon exponentielle (+ 59% en un an…). Hollande, Valls et Taubira se montrent de plus en plus incapables de restaurer l'économie et la sécurité dans notre pays. Mais le gouvernement affiche aux yeux de tous qu'il a une autre priorité : permettre aux gays de faire la noce !  
   On voudrait monter l'opinion publique contre les homos, en les faisant passer pour des noceurs égoïstes et nombrilistes, on ne pourrait pas mieux s'y prendre ! Grâce à Hollande, Valls et Taubira, les homos (dont, pourtant, beaucoup n'ont rien demandé) apparaissent désormais comme une catégorie privilégiée. On entend dire de droite et de gauche (et, malheureusement, c'est vrai) que Hollande n'a su faire qu'une seule chose durant sa présidence : satisfaire les caprices du lobby gay. Et comme, pour le reste, tout va mal, il est évident que cela ne peut que susciter l'animosité des Français envers les chouchous apparents du gouvernement (témoins les divers slogans : « La France veut du boulot, pas du mariage homo », ou encore : « Touche pas au mariage, occupe-toi du chômage », ou enfin : « La priorité, c'est Aulnay, pas le mariage gay »). 
   Bref, Hollande, Taubira et Valls ont rendu un très mauvais service aux homosexuels. Si jamais l'hostilité envers les homos croissait en France dans les prochaines années, ces politiciens socialistes devront en être tenus pour les premiers responsables.

Affiches de la "Manif pour tous", mars 2013
Les affiches de la Manif pour tous (mars 2013) : le bon sens populaire s'exprime

   2. Communautarisme aggravé

   Allons plus loin.   Même si le contexte n'était pas ce qu'il est (chômage + crise économique + insécurité + gouvernement nul), la loi Taubira serait de nature à nuire aux homosexuels pour la seule et unique raison qu'elle s'inscrit dans une logique communautariste

   Pour satisfaire les demandes supposées d'une communauté particulière (demandes supposées, car, en réalité, l'immense majorité des homos n'a rien demandé), on redéfinit le mariage. 

   Autrement dit : au lieu de s'occuper du bien commun du pays (en assurant l'ordre, la sécurité, les conditions nécessaires à une bonne économie, etc.), on s'emploie à satisfaire des communautés particulières. Et ce dévoiement de la politique est particulièrement grave. 

    En un sens, il était inévitable : à partir du moment où un gouvernement est incapable de satisfaire ses fonctions essentielles (fonctions régaliennes), il essaie de dissimuler sa nullité en s'occupant d'autre chose. Le roi est nu, pardon, le président Hollande, et il n'a pas trouvé d'autre cache-sexe que le mariage gay !

Pauvre France !
Hollande : incapable de se marier,
il prétend imposer le mariage pour tous !
   Mais un gouvernement digne de ce nom (= soucieux du bien commun) n'a aucune raison de favoriser, promouvoir, financer ou officialiser l'homosexualité. Pour cette bonne raison, simple et évidente, que l'homosexualité n'apporte rien au bien commun du pays !

   Si le mariage est officialisé, promu et favorisé par la société, c'est parce que l'engendrement et l'éducation des enfants par leurs parents est très utile à la société. C'est l'avenir du pays. Un bon gouvernement a donc le devoir de favoriser les familles.

   Mais le comportement homosexuel, lui, n'apporte rien de tel. Il n'a donc aucune raison d'être officialisé. C'est pourquoi, non seulement le prétendu mariage homosexuel est une absurdité, mais même ces projets d'union civile sur lesquels la droite se rabat aujourd'hui. Parce que (je sais : je me répète…) il n'y a aucune raison de donner un statut public et officiel à l'homosexualité…

   Le rôle d'un vrai gouvernement est de veiller au bien commun du pays. Bien commun, c'est-à-dire commun à tous, y compris aux homos. Les homos en profitent, comme les autres, mais pas en tant qu'homos : simplement en tant que citoyens français. Il n'y a aucune raison de faire des homos une catégorie à part, qui bénéficierait d'une protection particulière ou d'avantages spéciaux. (Parenthèse : c'est pourquoi les lois anti-homophobie sont injustes. Les personnes homosexuelles ont tout simplement droit à la même protection que les autres Français. Pas moins, mais pas plus. Pour les protéger, le droit commun suffit. Il n'y a aucune raison de faire des lois spéciales, qui sont même, en réalité, plutôt injurieuses à leur égard. En tout cas, moi, je les prends comme telles. Je ne suis nullement flatté d'être considéré comme une sorte d'espèce protégée, qui aurait besoin d'égards spéciaux, comme si nous étions plus fragiles que les autres !…)

   Le problème, le gros problème, c'est que les politiciens actuels,  ne songent qu'à eux-mêmes, au lieu de s'occuper du bien commun. But premier : non pas la France, mais  leur réélection ! Les intérêts du parti passent donc bien avant ceux de la Patrie ! Il ne s'agit plus de veiller au bien de l'ensemble du pays, mais de satisfaire telle ou telle catégorie dont il faut attirer les votes.

  Ce communautarisme est un très grave dévoiement de la démocratie. Et comme toute dérive se paie, tôt ou tard, un jour ou l'autre, c'est certain, les homos auront à payer cette dérive communautariste de la démocratie française. 

   Comme souvent, ce ne sont pas les coupables qui paieront, mais des homos totalement innocents. Si Hollande, Valls et Taubira vivent encore, on saura contre qui se retourner…


3. Escroquerie et cocufiage

  Il y a pire encore. Si la loi Taubira (le prétendu mariage pour tous) nuit gravement aux homosexuels, c'est surtout parce qu'elle les trompe

Une annonce du mariage gay ? (le mariage qui rend cocu…)
1985 : Thierry le Luron et Coluche font rigoler toute la France
en parodiant un mariage.
2013 : la bouffonnerie prétend devenir réalité…
   La loi Taubira est une escroquerie auprès de laquelle l'affaire Cahuzac n'est qu'une aimable gaminerie.

   Aux homos, Hollande, Valls et Taubira prétendent donner le mariage. En réalité, ils ne donnent que la noce. Ce qui est tout à fait autre chose. 

   Oui, bien sûr, en changeant la définition du mariage, on pourra déclarer deux homos "mariés". On pourra les fêter pendant un jour et toute une nuit dansante. On pourra les accompagner à coups de klaxon. On pourra prendre de belles photos. On pourra rassembler leur famille et leurs amis autour d'un beau buffet (qu'on leur fera payer bien cher). Tout cela, ce n'est pas le mariage : c'est simplement la noce.

   Un mariage, c'est tout à fait autre chose, car c'est la fondation d'une famille. Et qu'est-ce qu'une famille ? Une famille c'est une petite société qui transmet naturellement la vie.

   Et ça, qu'on le veuille ou non, ça réclame l'altérité sexuelle

   Deux hommes ensemble ou deux femmes ensemble ne peuvent pas transmettre la vie. S'ils veulent le faire, ils devront nécessairement faire appel à quelqu'un d'autre. Quelqu'un d'extérieur au "mariage" qu'ils prétendent avoir contracté. 

   Dans ce cas, pardon de le dire crûment, mais il y aura nécessairement un cocu

   Il y aura un vrai père (ou une vraie mère). Et un cocu. Un cocu volontaire, sans doute. Un cocu content. Peut-être enthousiaste. Mais un cocu. Car il est absolument impossible que deux hommes ou deux femmes conçoivent un enfant sans l'intervention d'une tierce personne, de sexe opposé.

  On peut retourner la question sous tous ses angles, je ne vois pas de moyen d'y échapper. 

   La loi Taubira est donc une monstrueuse escroquerie qui vend aux homos un faux mariage. Une apparence de mariage. Il y a tromperie sur la marchandise ! 

   Il y a bien une noce, mais sans la réalité du mariage, puisqu'il n'y a pas la  fondation d'une vraie famille (= une mini-société capable de transmettre la vie).

   Pour les besoins de leur politique, Hollande, Valls et Taubira ont monté une sinistre farce, dont les premières victimes, les grugés, les pigeons, les dindons, et même, disons le mot, les cocus sont bel et bien les homosexuels.

   Évidemment, certains d'entre eux, naïfs, tomberont dans le piège. Dans une semaine, on célèbrera avec liesse les premiers "mariages homos". Les "nouveaux mariés" seront fêtés, applaudis, photographiés, félicités (surtout s'ils ont les moyens de payer généreusement tous les professionnels du mariage, qui seront ravis de cette aubaine). Ce sera l'allégresse, la lune de miel.

  Mais un jour, nécessairement, ils ouvriront les yeux. Ils découvriront qu'ils n'ont eu que la noce – sans la réalité du mariage. Ils se réveilleront avec la gueule de bois. Elle risque d'être terrible.

17 commentaires:

  1. Vous avez dit, trés bien, tout ce que je pense, bravo, et merci pour votre courage.

    RépondreSupprimer
  2. Totalement d'accord avec vous !

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique texte. Très bien dit. Cette loi est désastreuse et aura des répercussions très graves avec des ondes de choc à moyen et long terme. Tout d'abord cette loi nuit au bien commun mais elle finira aussi par se retourner, tel un boomerang, contre les homosexuels eux-mêmes. Cette loi exacerbe l'égoïsme de quelques adultes au détriment du respect de l'être humain. Cette loi, c'est la soumission à un caprice et non l'ouverture bonheur pour soi-même et les autres.

    RépondreSupprimer
  4. je plussois !

    moi même homo, je suis pris à parti par les gays pour etre constamment contre la mouvance gay... contre ces assos qui veulent faire croire que seuls les gays sont intelligents, gentils, indispensables à la société, meilleurs parents que les hétéros, etc ... tout en demandant l'egalité des droits, la reconnaissance dans notre société.

    sauf que c'est un milieu qui est en fait ultra communautaire, renfermé sur lui même, qui a des sous communautés qui ne se melangent pas, qui se detestent parfois, ou se denigrent, qui sont stigmatisés contre d'autres.. (effeminés contre bears, trans contre tout le monde, les bi qui sont classés comme instables, crevettes et gros, jeunes contre + de 35a, etc ... )
    les entreprises pour gays et créées par des gays pulullent et demandent à avoir des gays comme clients.. agences de voyages pour gays, agences immobilieres pour gays, magasins gays, crient à l'homophobie si on ne voit pas de gays dans les medias/films, etc, etc ...

    et ca joue la gaypride pour la reconnaissance des hétéros, mais sans les vouloir dans les bars gays, boites... (faut pas deconner non plus, hein.. sauf si le papa vient seul et qu'il baisable et consentant).

    bref, le jour où je verrais des couples hétéros avec leurs gosses dans des bars gays, je changerais peut etre d'avis.

    je n'ai pas d'amis homos puisque je ne suis pas dans la pensee unique gay, je ne milite pas pour le milieu gay, je ne frequente pas le milieu,je ne me sens pas tout puissant et en impunité parcequ'une loi (idiote) est passée etc ...
    et même si je suis insulté, traité de mauvais gay sur les reseaux sociaux, jeté en pature à la vindicte publique pour ma pensée, où les unfollows twitter/fb/g+ sont très rapides selon ce que je dis...

    j'ai entendu dire par des militants LGBT que les prochains combats se preparent : sur le don du sang, reconnaissance du mariage devant l'eglise, gpa, pma, attaques systematisées pour discrimination à l'embauche et promotions internes, etc...

    je persiste à dire que le mouvement actuel est contre-productif, et ne fait que monter l'homophobie qu'ils combattent.

    RépondreSupprimer
  5. Chapeau pour votre texte !
    Déjà, j'ai adoré votre entête "Homo : oui. < — > Prisonnier de l'idéologie gay : non !"
    Bravo et merci à vous pour votre bon sens, votre point de vue si bien expliqué et affiché et votre pensée au delà de votre personne pour le bien commun de notre société. En bref, tout le contraire de nos politiques

    RépondreSupprimer
  6. Félicitation, et bravo pour votre courage.

    RépondreSupprimer
  7. Attention à ne pas généraliser en disant "la plupart des homos" pour argumenter vos propos. A croire que vous en êtes un et que vous les connaissez tous !

    Je taquine, ne le prenez pas mal. Je ne suis pas d'accord avec votre vision par rapport aux homos : c'est une avancée symbolique qui n'a rien de négatif.
    En effet, si vous touchez dans le juste : le mariage, historiquement n'est pas une histoire d'amour mais bel et bien une affaire d'héritage et donc le fait de créer une descendance à qui transmettre son patrimoine, cela n'est plus : nul besoin de se marier pour gérer son héritage (et d'ailleurs il est plus économique de monter une association déclarée que de se marier).

    Aujourd'hui, à mon sens, le fait de se marier est essentiellement un geste d'amour. C'est une promesse faite, de fidélité, d'engagement commun. Pourquoi l'interdire à 2 hommes ou 2 femmes alors ?

    Je ne partage pas votre opinion donc. Si ce n'est que vous avez raison, en temps de crise, cette loi qui était importante, n'aurait pas du rester sur la place publique pendant plus de 6 mois. Alors que le gouvernement semble peiner à faire des avancées concrètes, les français pinaillent sur cette loi qui est déjà passée démocratiquement. Je pense qu'il y a des sujets autrement plus importants. Ironie, je viens de finir un pavé sur cette loi.

    Bien à vous.


    RépondreSupprimer
  8. Cher anonyme,

    1) D'abord, détail minime au regard de ce qui va suivre, je ne crois pas avoir employé l'expression que vous me reprochez : « la plupart des homos » ; (j'ai seulement dit ce que tout le monde sait pertinemment, à savoir que l'immense majorité des homos n'est pas intéressée par le mariage).

    2) Selon vous « le mariage, historiquement n'est pas une histoire d'amour mais une affaire d'héritage ». Cette vision très matérialiste semble trahir un juriste déformé par ses études !

    3) Et pourtant ! Dès la ligne suivante, vous avancez l'idée –– très étonnante, pour un juriste –, que « aujourd'hui » le mariage « est essentiellement un geste d'amour » ! Sans expliquer aucunement pourquoi, en ce cas, l'État se mêlerait de la chose. Le plus atterrant, c'est que j'ai longuement expliqué dans mon article que l'État – qui a la charge du bien commun – n'a QU'UNE SEULE RAISON de se mêler de promouvoir et favoriser l'union stable de l'homme et de la femme : le fait que cette union stable permet d'engendrer et d'élever des enfants. C'est POUR CELA que l'union de l'homme et de la femme prend un caractère public, officiel et social . Parce qu'elle assure une mission sociale essentielle : l'avenir de la société. Et comme l'homosexualité est absolument incapable d'engendrer des enfants, il est évident qu'elle échappe à la définition du mariage. Voilà précisément ce que j'ai dit, développé, démontré, argumenté. Vu que vous prétendez me répondre, on s'attendrait à ce que vous ayez au moins un semblant de réfutation. Eh bien non ! Comme si vous n'aviez rien lu ou rien compris de ce que j'ai écrit, vous nous sortez bravement que « à votre sens » le mariage est « essentiellement un geste d'amour ». Mais dans ce cas, monsieur, soyons logiques ! Supprimons tout le droit du mariage !
    Le mariage a toujours été l'acte par lequel se fondait la première des sociétés, la plus naturelle de toutes : la famille. Êtes-vous donc pour la destruction de cette société (puisque, pour vous, il n'y a plus que « l'amour ») ?

    4) Reprocher aux Français de « pinailler sur cette loi » alors qu'il y a des « des sujets plus importants », est indécent : les Français ne « pinaillent » pas : ils accordent seulement à cette question une importance proportionnée à celle que lui donne le gouvernement. François Hollande et toute son équipe (Taubira, Valls et compagnie) ont clairement montré que, pour eux, c'était une PRIORITÉ. Ils ont mobilisé toutes leurs forces pour la faire passer – de façon très peu démocratique, d'ailleurs. Manuel Valls – que l'on croyait chargé de la sécurité publique – vient encore de montrer publiquement que la priorité des priorités, pour lui, n'est pas de lutter contre la délinquance. Non, non, c'est d'assurer une noce "gay" à Arcangues (Pyrénées-Atlantiques). Lui qui est incapable de faire arrêter les casseurs du Trocadéro envoie des circulaires menaçantes à ses préfets pour qu'ils terrorisent les maires qui refuseraient d'assurer ces noces ! On en est là ! Sans parler de la sinistre Taubira qui a parlé de « mutation de civilisation ». De cette mutation (qui est, en réalité, une DESTRUCTION de la civilisation), je ne veux être complice à aucun prix !

    RépondreSupprimer
  9. Bravo et merci pour votre honnêteté, votre bon-sens et votre courage

    RépondreSupprimer
  10. Il est tard, je la ferai donc courte :

    1) Noce gay sur fond de crise : quel argent a été perdu par le processus de vote de la loi ? (je ne parlerai pas du temps perdu, les députés UMP-FN ayant bouché autant que possible tout le circuit parlementaire ET post-parlementaire pour ralentir au mieux la promulgation de la loi)

    2)Communautarisme aggravé : un paragraphe qui dit tout et son contraire.
    On passe du fameux argument "on a rien demandé" (sans aucune base, jamais, ça fait peur aux enfants et aux mamies) à un passage TRÈS fort puisqu'il parle du "bien commun". Qu'en gros, les gays doivent être protégés de la même façon que les autres citoyens français.
    C'est chouette, c'est EXACTEMENT ce qui est actuellement le cas.
    Pire, l'argument du "droit commun", en opposition à ce qui est visiblement du "droit exceptionnel". Trouvez-vous vraiment que créer de A à Z, sur TOUS les codes de lois (agriculture etc y compris), un nouveau statut marital est moins exceptionnel que d'ajouter 2 lignes à un statut plus ancien ?


    3. Escroquerie et cocufiage
    Et donc un grand paragraphe enfonçant profondément les couples stériles et ceux qui ne désirent pas avoir d'enfants. Et je ne parle même pas des familles monoparentales (20% de la pop, INSEE 2012).
    Par contre, je souligne votre passage exprimant clairement que tous les maris infertiles dont les femmes ont eu recours à des banques de sperme sont des cocus. On est (2011) à 1515 cocufiages/an (père & mère, ne soyons pas sexiste). 2% des naissances chaque année sont en effet un mensonge, à cause de cette honteuse loi qui pousse un père supposé (le conjoint de la dame qui accouche) à endosser la paternité d'un enfant.
    Merci à vous de pointer ce scandale énormissime qui secouera les chaumières pendant encore longtemps. A moins qu'il n'ai été soulevé il y a 40 ans (précisément) et enterré tout aussi vite. Mais si ça vous amuse d'hurler à ces couples que leur mariage ainsi que leur famille est un mensonge car les mannes de monsieur ne leur permettent pas d'accéder à ce statut...
    Pour les méconnaissanceurs, ça s'appelle enculer des mouches.

    Malgré cette perte de temps, faisons un résumé.
    1) le mariage homo n'a rien couté au contribuable (au contraire il a pu rigoler pendant les ANDirect) dans sa mise en place (malgré qu'un député UMP eut exigé une taxation supplémentaire des couples gays pour contrer les baisses des impositions)(je rassure, ça a été refusé).
    2) le mariage homo est en réalité l'action la plus simple et basique possible pour donner aux couples homos les mêmes droits que les autres.
    3) en fait, je ne sais pas trop. Votre obsession a éviter le cocufiage est chelou et j'hésite à caser ça en argument. Et tant pis si je n'attaque pas les orphelins non plus.

    Par contre, en tant qu'homo, je vous remercie, vous, homo, d'avoir casé que :
    -il y a un lobby gay.
    -que les homosexuels auraient mieux fait de rester discriminer plutôt que de faire face à un décomplexe de l'homophobie ("soit pd si tu veux mais ferme ta gueule", en gros).
    -que les homosexuels ont été sondés quant à leurs appréciations sur le mariage.
    -que deux hommes mariés est une bouffonnerie.
    En gros, je vous remercie de perpétuer cette attitude homophobique si dure à détacher de notre dos. La prochaine fois parlez du SIDA histoire d'en rajouter une couche (surtout avec les sondages des pros faits aux sorties des backrooms parisiennes, je suis sûr que c'est aussi représentatif que de parler de la non-revendication des gays vis-à-vis du mariage).

    PS : J'attends pour la fin de notre civilisation. Pour le moment, les autres pays l'ayant fait avant nous sont toujours là & reconnus par l'ONU.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Anonyme,

      J'ai vraiment du mal à vous suivre. Êtes-vous sûr d'avoir bien lu le texte auquel vous prétendez répondre ?

      Par exemple, vous cherchez à me prouver que "le mariage homo n'a rien coûté au contribuable". C'est évidemment faux, car tout a un coût. Mais c'est surtout hors-sujet, car à aucun moment, dans mon argumentation je n'avais abordé cette question du coût. Pourquoi répondre ainsi à côté ?

      (Accessoirement, votre passage sur "les députés UMP-FN" m'a fait rire : vous savez combien il y a de députés FN à l'assemblée ? Certainement moins que de députés de gauche qui se sont opposés à cette loi. On a vraiment l'impression que, pour vous, c'est un réflexe conditionné. Une sorte de besoin instinctif de diaboliser... )

      Vous m'accusez ensuite de dire "tout et son contraire". Sans aucune preuve. Puis, ensuite, histoire de bien vous condamner vous-même, vous dites que c'est pas bien du tout d'affirmer des choses "sans base"...

      Vous ressortez le vieux mensonge classique selon lequel la loi Taubira n'aurait rien fait d'autre que de donner aux homos un droit qu'avait déjà les autres. Le problème, c'est que tout mon article prouvait justement que ce n'est pas ça du tout : les homos avaient déjà (juridiquement) le droit de se marier, comme tous les autres citoyens. Simplement ce droit ne les intéressait pas. Pourquoi vous acharnez-vous ainsi à nier la réalité ?

      Mais comme vous dites vous-même : il est tard : aussi je préfère m'arrêter là !

      Supprimer
    2. Vous n'abordez pas le fond argumentatif de l'auteur de l'article, mais vous lui donnez du grain à moudre.

      Synthèse argumentative de l'article :
      1) User beaucoup d'énergie pour quelque chose qui ne profite pas à la société dans son ensemble durant un temps de crise économique encourage les attitudes populistes. Surtout si l'opposition se sent méprisée.

      2) Le but du législateur doit être le bien commun et non le communautarisme ou la flagornerie. De sorte que ce qui favorise la communauté doit être défendu, voir promu. Or, défendre ou promouvoir l'homosexualité ne favorise pas la communauté, mais procède d'un choix individuel. Ce sont donc les droits du citoyen qui le protègent.

      3) Le mariage n'est inscrit dans la constitution ni parce qu'elle permet une transmission facile de l'héritage, ni parce qu'il y a de l'amour (chose difficilement mesurable), mais parce que c'est là que la société commence pour le futur citoyen qu'est l'enfant. Or, l'enfant est conçu par la rencontre entre un spermatozoïde et un ovaire (je suis vraiment désolé de devoir rappeler cette réalité à des adultes). Donc, il faut un papa et une maman. Papa1 et Papa2 n'ont pas naturellement d'ovaires. Si maman2 veut un bébé, elle doit rendre cocue maman1 (il s'agit d'une métaphore).



      4) Cela n'a rien d'homophobe que de rappeler la réalité de comment on fait un bébé. La méthode Caliméro commence à taper sur le système, surtout quand cela confine à l'idiotie.

      Perso, j'en ai marre de ne jamais entendre d'arguments qui parlent à mon intelligence et qui répondent à mes questions et affirmations au sujet du mariage gay. "Si je suis contre le mariage gay, je suis donc homophobe comme ils le disent, donc, je n'ai plus le droit de penser..."

      Supprimer
    3. @ Alain
      Merci d'avoir si bien résumé mon texte !
      J'avais un peu mauvaise conscience, hier soir, en bâclant ma réponse à cet âne-onyme, mais j'étais fatigué. Aujourd'hui, voulant y revenir, je trouve votre "synthèse argumentative" qui me dispense de me remettre à l'ouvrage. Merci encore !

      Supprimer
  11. Félicitations. Un argumentaire édifiant, qui saura m'aider lors de débats quotidiens.
    Peut-être que je ne suis pas homo, mais c'est avec un franc sentiment de raliement que je salue votre preuve de citoyenneté véritable, allant dans le sens du respect de l'Homme.
    Je vous fais part de toute ma sympathie.

    RépondreSupprimer
  12. Au passage, homosexuel et gay désigne la même chose : une personne ayant une attirance sexuelle pour les personnes du même sexe.
    La différence se situe juste dans le nom féminin, homosexuelle se construit par extension d'homosexuel.
    Gay n'a pas de féminin, et le pendant féminin est "lesbienne".
    Du coup, le titre même de ce blog, "Homo pas gay" est une totale aberration.
    J'ai la vague impression que vous recrouvez derrière le terme "gay", les gays qui revendiquent des droits, la fameuse inter LGBT. Oui, oui ils sont bien gays. Comme ceux qui sont attirés exclusivement par les personnes de même sexe, et qui pourtant n'ont jamais pratiqué d'acte homosexuel. Eux aussi sont gays.
    Du coup, j'ai l'impresion qu'en distinguant les deux mots, vous inventez une "gayphobie" qui viserait une certaine franche des gay, car selon vous, on peut être homo mais pas gay.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etes-vous académicien, TP ?

      Ou bien chargé de la police du langage ?

      Tout le monde (sauf vous, apparemment) sait que les mots peuvent prendre un sens légèrement différent dans des contextes différents ou sous des plumes différentes.

      Quand on veut comprendre un auteur, le simple bon sens indique qu'il faut commencer par voir le sens précis qu'il donne aux mots qu'il emploie (sens qui n'est pas forcément exactement le même que celui que leur donnera son voisin).

      En l'occurrence, le rédacteur de ce blog a soigneusement précisé dans quel sens il emploie les mots "homo" et "gay".

      Il y est même revenu plusieurs fois.

      Il emploie le mot "homo" dans le sens : "Personne ayant des tendances homosexuelles" (quel que soit le jugement qu'elle porte sur ces tendances).

      Et il emploie le mot "gay" dans le sens : "Homosexuel revendiquant son homosexualité comme quelque chose de bon et positif". (L'idéologie "gay" étant l'idéologie selon laquelle l'homosexualité n'est pas une désorientation de l'instinct sexuel, une sorte de blessure ou de déficience, mais simplement une "autre" orientation, tout aussi bonne et souhaitable).

      Bien sûr, rien ne vous force à adopter vous-même ces définitions, ni à les trouver judicieuses.

      Vous pouvez les critiquer autant qu'il vous plaira.

      Mais faire COMME SI ELLES N'EXISTAIENT PAS, et aller accuser ce blog de "totale aberration" pour la seule raison que vous ne définissez pas les mots comme lui, c'est faire preuve d'une étroitesse d'esprit assez inquiétante.

      Maintenant, si vous avez d'autres mots simples à proposer pour désigner de façon claire (et compréhensible par tous) ces deux réalités distinctes (la personne ayant seulement des tendances homosexuelles d'une part, et la personne approuvant et vantant ces tendances d'autre part), vous pouvez toujours les proposer.

      Je remarque simplement que :

      1) historiquement, le mot "homosexuel" a toujours été un mot neutre (n'impliquant ni approbation ni condamnation des tendances qu'il désigne), et qu'il semble donc bien indiqué pour désigner simplement la personne ayant ces tendances,

      2) tandis que le mot "gay" a été inventé et promu par des homosexuels militants et considérant l'homosexualité comme une réalité positive. Il semble donc bien indiqué pour désigner cette idéologie.

      Bref, ma distinction est solidement fondée dans l'histoire.

      Maintenant, encore une fois, si vous avez mieux à proposer, je vous écoute...

      Supprimer
  13. Bravo et merci pour ce magnifique billet.
    Très structuré, joliment rédigé, très factuel et faisant preuve de beaucoup de saine et réaliste réflexion.
    Merci encore.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires, même très critiques, sont les bienvenus, pourvu qu'ils se rapportent au sujet traité, qu'ils soient rationnellement argumentés et qu'ils évitent l'injure ou le dénigrement gratuit.

Merci de relire avant de poster, pour vérifier que vous avez bien respecté ces règles !