Pages

mardi 27 août 2013

Bollène : ce serait si simple...

Résistance à la loi Taubira. Clause de conscience des maires
Marie-Claude Bompard : seule face à la meute...
   Nouveau rebondissement à propos de la noce gay (car je rappelle qu'il n'y a pas de mariage gay, mais seulement une noce gay) : le gouvernement fait pression sur Marie-Claude Bompard, maire de Bollène pour qu'elle accepte de faire un simulacre de mariage entre deux lesbiennes.

   Elle refuse (expliquant qu'elle ne s'oppose pas aux personnes, mais à une loi que, en conscience, elle juge mauvaise).

  Du coup, le gouvernement la menace de 5 ans de prison et 75000 euros d'amende - voire d'une révocation pure et simple en Conseil des Ministres.

   L'apaisement serait pourtant si simple...

   Si le gouvernement n'était pas composé de fanatiques sectaires jouant cyniquement la provocation, il y aurait une solution très simple : il suffirait que le préfet passe par dessus le maire pour faire appliquer la prétendue loi.

   Ainsi, la prétendue loi républicaine serait appliquée, et la conscience du maire serait respectée.

   Compromis pacifique, qui ne choquerait personne et permettrait d'assurer la paix sociale.

   Mais nous n'avons pas, à la tête de l'Etat, des responsables de bon sens, soucieux du bien commun et de la concorde nationale. Nous avons, au contraire, des idéologues bornés (ce qui est déjà grave), et qui, en plus, cherchent à diviser les Français sur les questions sociétales afin de mieux détourner l'attention de leur calamiteux bilan économique.

   Vous allez voir que Valls-le-minable, qui est incapable de protéger les Français, va se dépêcher de faire révoquer cette très dangereuse Marie-Claude Bompard.

  Disons-le franchement : cette révocation serait un acte très grave, car elle manifesterait un nouveau progrès de la tyrannie LGBT dans notre pays.

  Un mouvement LGBT qui, je le rappelle une nouvelle fois, est très loin de représenter la majorité des personnes ayant des tendances ou des pratiques homosexuelles...

   Voir aussi : 



   - Colère d'un homo contre Hollande.


   Additif : Je prends connaissance, à l'instant, de la lettre pleine de dignité et de bon sens envoyée par Marie-Claude Bompard à Manuel Valls. Elle va entièrement dans le sens de l'article qui précède.  
    La voici : 
Clause de conscience face à la loi Taubira ("mariage gay") - 26 août 2013

4 commentaires:

  1. merci pour ce beau commentaire et pour avoir publié cette belle lettre de mme Bompart. Avec votre aide nous la soutiendrons dans cette épreuve.
    Eric (Boulogne sur mer)

    RépondreSupprimer
  2. Désolé, mais je ne suis absolument pas d'accord: l'excuse de la clause de conscience est nulle et non avenue! Si elle devait être généralisée, ce serait la fin de la République et de l'égalité républicaine et de la garantie des services publics. Cette femme est irresponsable, et doit être révoquée sur le champs, c'est une question de principe!
    Je parle d'autant plus tranquillement que je continue à désapprouver le mariage gay, mais la loi est la loi! Déroger à la règle générale pour un officier d'état civil, c'est non seulement violer la loi, mais en plus, porter atteinte à l'intérêt général, et surtout, cela devient une loi à la carte: autant dire à la tête du client: c'est le retour à l'arbitraire!
    Je suis tombé sur votre cite, que j'apprécie particulièrement, d'autant plus que je ne suis pas moi-même LGBT. J'apprécie souvent les positions que vous défendez, même si pour le coup, je ne suis pas d'accord avec vous sur cette acte de désobéissance civile. Ayant des opinions de gauche laïcarde, républicaine, et jacobine, ces méthodes de protestations m'ont toujours laissé perplexe, quand je ne les trouvais pas scandaleuses: elles sont une façon honorable de violer la loi à peu de frais. Pour moi, la loi doit être la même pour tous, qu'elle protège ou qu'elle punisse, et faute de la respecter, les plus forts se dispenseront de le faire: en effet, que se passera-t-il quand certains professeurs d'école, qui sont des fonctionnaires, pourront justifier d'enseigner certaines matières au nom de leur convictions religieuses ou philosophique? On pourrait étendre les sujets ad libitum.
    La clause de conscience ne peut servir que si une action est contraire à l'éthique ET qu'elle induit des risques pour la vie des gens, d'où le nombre de cas restreint pour lesquels elle s'applique. Je ne pense pas que le mariage gay soit aussi critique pour devoir en faire usage.
    Je désapprouve particulièrement ce que le gouvernement a fait pour faire voter cette loi, et notamment le fait qu'elle n'était qu'un paravent pour légaliser l'adoption pour les couples de mêmes sexe, à laquelle les Français étaient plutôt réservés, pour ne pas dire hostiles. La loi est mauvaise, contre l'intérêt générale mais elle a été votée, et surtout, elle ne concerne que très peu de mariage. Une prochaine majorité pourrait revoir la question, nous sommes en démocratie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ anonyme
      Réponse à trois niveaux :

      1) La question essentielle est de savoir si la loi civile est un absolu ou bien s'il existe, au dessus, une loi naturelle qui prime et qui rend illégitime tout ce qui s'y oppose. C'est un débat en partie religieux (l'Eglise catholique enseigne l'existence de cette loi naturelle et soutient qu' "il vaut mieux obéir à Dieu qu'aux hommes", comme l'affirmèrent Pierre et Jean face au Sanhédrin : Ac 4), mais pas seulement, comme en témoignent Antigone, Socrate, Sénèque ou Cicéron.

      Visiblement, pour Marie-Claude Bompard, la "loi" Taubira est une fausse loi, qui n'a aucune légitimité, vu qu'elle s'oppose à la loi naturelle. C'est une position qu'on peut discuter. Mais :

      a) c'est une position qu'on ne peut pas exclure a priori (à moins de tenir le principe barbare que la loi civile primerait toujours la loi naturelle) ;

      b) c'est une position qui justifie pleinement son attitude (car elle ne saurait être obligée d'appliquer une fausse loi).

      Je ne comprends donc pas ce qui vous permet de tenir Marie-Claude Bompard pour "irresponsable". Encore une fois, on peut discuter pour savoir si elle a raison ou non de tenir la mesure Taubira pour une fausse loi, mais à partir du moment où elle le tient, son attitude est logique et pleinement responsable.

      2) Je ne comprends pas bien ce qui vous permet d'affirmer que "la clause de conscience ne peut servir que si une action est contraire à l'éthique ET qu'elle induit des risques pour la vie des gens". A mon sens, on n'a JAMAIS le droit de faire un acte que notre conscience nous montre clairement mauvais.

      3) Enfin, il me paraît évident qu'un des BUTS de la "loi" Taubira était de violer les consciences. Et je pense que vous avez tort de négliger cet aspect provocateur. Des milliers de maires ont manifesté clairement - avant le vote - combien cette loi les gênait. Ils ont demandé à ne pas être contraints à appliquer une mesure qui heurtait violemment leurs convictions. Rien n'aurait été plus facile que de les satisfaire sur ce point. Il suffisait d'établir que, si aucun des officiers d'état civil ne voulait procéder au faux-mariage, l'autorité supérieure (le préfet, voir le ministère) pouvait déléguer de façon exceptionnelle une autre personne pour cela. Ainsi, la prétendue loi était appliquée, mais sans violer la conscience de quiconque. Rien de plus simple.

      Ce sont des milliers de maires (et non quelques individus isolés) qui ont manifesté leurs difficultés de conscience à ce sujet. En conséquence, le bien commun, le souci de la paix civile et de la concorde nationale EXIGEAIENT que cette solution (très simple, encore une fois) soit adoptée.

      Le refus obstiné de François Hollande (qui, après avoir parlé de la liberté de conscience des maires, a fait demi-tour dès que le lobby LGBT lui a fait les gros yeux), l'acharnement sectaire avec lequel Manuel Valls veut contraindre les maires à SALIR leur conscience, les pressions inhumaines exercées contre les maires et les adjoints réfractaires sont une véritable PROVOCATION de la part du gouvernement.

      Un gouvernement soucieux du bien commun n'agit pas ainsi. Quand bien même la "loi Taubira" serait juste et bonne, un gouvernement réaliste aurait trouvé un moyen de la faire appliquer de la façon la moins lourde possible, sans violer VOLONTAIREMENT la conscience de milliers de maires. Encore une fois, ce moyen existait, il était très simple. L'attitude de Hollande, Valls, Taubira n'est pas celle de dirigeants responsables, mais celle de provocateurs sectaires, prenant un plaisir sadique et mesquin à humilier ceux qui ne partagent pas leur idéologie. Face à une telle provocation, et face au terrorisme idéologique exercé par le lobby gay, la résistance à visage découvert, telle que l'a tentée Madame Bompard, est légitime, honorable voire héroïque. (Dommage qu'elle ait été trahie par une de ses adjointes...).

      Supprimer
    2. @admin,
      merci pour votre réponse, que je n'approuve pas tout de même car nous ne sommes pas sur le même terrain. Je vais essayer d'expliquer mon point de vue.

      [Je ne comprends donc pas ce qui vous permet de tenir Marie-Claude Bompard pour "irresponsable". Encore une fois, on peut discuter pour savoir si elle a raison ou non de tenir la mesure Taubira pour une fausse loi, mais à partir du moment où elle le tient, son attitude est logique et pleinement responsable.]
      Cette personne est irresponsable car elle est un officier d'état civil chargé de faire respecter la loi! En se portant juge et partie, elle outrepasse son rôle! Etant de gauche et ayant milité quelque peu, j'ai toujours combattu fortement toute idée de désobéissance civile chez mes camarades, et n'est pas pour l'approuver quand des élus de droite s'y mettent; car ce type de discours servira de prétexte à d'autres pour ne pas se soumettre à la loi. Mon point, c'est que j'estime irresponsable un officier d'état civil qui viole ou entrave l'application d'une loi pour des raisons STRICTEMENT personnelles. C'est la fin de l'état de droit qui se profile...

      [2) Je ne comprends pas bien ce qui vous permet d'affirmer que "la clause de conscience ne peut servir que si une action est contraire à l'éthique ET qu'elle induit des risques pour la vie des gens". A mon sens, on n'a JAMAIS le droit de faire un acte que notre conscience nous montre clairement mauvais.]
      ---> encore une fois, c'est le règne de l'arbitraire: bien des voyous pourraient adopter ce discours pour ne pas respecter les règles! C'est une logique de chauffard: on prend les règles qui nous arrangent, et on laisse tomber les autres! Ce n'est pas cela, un état de droit....

      [Enfin, il me paraît évident qu'un des BUTS de la "loi" Taubira était de violer les consciences. Et je pense que vous avez tort de négliger cet aspect provocateur. Des milliers de maires ont manifesté clairement]
      Entièrement d'accord avec vous, et j'irais même plus loin: cette loi a un aspect totalitaire, dans le sens où elle est prescriptrice d'une vision d'Etat de la société, ce que j'estime contraire à la séparation des sphères privées et publique... Mais pour ma part, j'estime que les règles de droit n'on pas été fondamentalement violée, et en plus, l'impact de cette loi risque numériquement d'être faible. J'ai vécu en Belgique, et là-bas, les homosexuels ont le droit de se marier depuis 10 ans, sans changement notable pour le moment. Mais j'attends de voir la suite... Comme quoi, même quand une loi heurte les consciences, il ne faut pas non plus violer les règles quand cela arrive...

      [Face à une telle provocation, et face au terrorisme idéologique exercé par le lobby gay, la résistance à visage découvert, telle que l'a tentée Madame Bompard, est légitime, honorable voire héroïque. (Dommage qu'elle ait été trahie par une de ses adjointes...).]
      Désolé, mais votre discours ressemble furieusement à celui des musulmans bigots qui nous pourrissent la vie en ce moment. Remplacez Mme Bompard par la fille en burka à Trappes, vous aurez le même genre de justification pour attaquer un commissariat! On peut aller très loin avec votre type de raisonnement, et c'est pour cela que je trouve le discours de cette femme irresponsable, voire dangereux...

      Supprimer

Vos commentaires, même très critiques, sont les bienvenus, pourvu qu'ils se rapportent au sujet traité, qu'ils soient rationnellement argumentés et qu'ils évitent l'injure ou le dénigrement gratuit.

Merci de relire avant de poster, pour vérifier que vous avez bien respecté ces règles !